La visite à Montréal - Élodie Simon
Élodie Simon

J'aime les voyages. Déjà à l'âge de 16 ans, mon rêve était de faire le tour du monde. Je m'intéresse aux cultures étrangères, à leurs façons de vivre, à la façon qu'ils ont de voir le même monde que celui dans lequel on vit tous. Vous serez surpris de lire tout ce que j'ai découvert tout au long de mes séjours partout dans le monde. Je continuerai à vous raconter toutes mes nouvelles aventures sur une base quasi-quotidienne. J'ai besoin de vous en parler, j'ai besoin de l'écrire. Chaque mot, chaque ligne que j'écris me permet de revivre ces moments qui souvent, se sont envolés trop vite.

La visite à Montréal

La visite à Montréal - Élodie Simon

Je n’ai pas eu de chance pendant mon voyage ! Je ne sais pas pourquoi j’ai accepté de me déplacer pour voir cette personne, mais je tiens à mentionner que ça s’est terminé mal. Il a fallu appeler un couvreur la prairie pour venir m’aider à me débarrasser de toute l'eau qui s'était infiltrée dans ma chambre d’hôtel. Je ne vais plus rendre visite à cet ami qui m’a souvent donné un coup de main, mais qui n’a aucune idée comment entretenir une maison. C’est dommage, mais je vais devoir rencontrer mon ami dans des endroits publics seulement.

Ça n’aide pas vraiment les choses de voir qu’il accepte de vivre dans des endroits complètement délabrés et désuets. Il préfère peut-être les habitations à loyer modique, et ne cherche pas vraiment à se sortir de ses difficultés financières. Je lui ai déjà donné des conseils pour se partir en affaires, ce que je crois sincèrement qu’il serait capable de faire s’il se décidait de commencer, et il a insisté pour rester dans la situation où il se trouve présentement. Il faut dire qu’il semble heureux et bien à l’aise, même s’il se plaint parfois que ses voisins sont un peu dérangeants. Ce qui importe, c’est qu’il aime sa vie, et c’est le cas pour lui.

Par contre, quand on se voit, on rit comme des fous. On adore faire semblant d’être en train de se chicaner et d’avoir des discussions chaudes. Les taquineries sont lancées d’une part et d’autre, et on ne manque surtout pas d’imagination ! Toutes les blagues, entre nous deux, sont bonnes à dire ou raconter. On sait que l’intention n’est pas d’insulter, mais de développer une complicité et de s’amuser.

Mais, c’est quoi, le meilleur dans tout ça ? On se fait confiance. Le lien émotionnel qui nous connecte est spécial ; notre amitié est solide et durable. Je n’ai pas peur de ce qu’il va penser de moi. On s’écoute, surtout lorsqu’on a des problèmes. Quand c’est possible, on s’offre un coup de main pour améliorer nos vies, ou tout simplement pour retrouver la joie quand on connaît des situations difficiles. L’entraide est naturelle pour les deux, alors dès qu’un de nous a besoin de réconfort ou d’assistance, l’autre est prêt à offrir soit son épaule, soit ses bras, soit un toit et un peu de nourriture.

C’est ça, l’amitié.